Les stages obligatoires

Il existe 3 stages obligatoires à faire durant les deux premières années : biochimie, hématologie et bactériologie.

 
Hématologie :

Durant son stage d’hématologie, l’interne doit passer environ 6 semaines en hémostase, 1 semaine dans un secteur spécialisé d’hématologie (CMF, HLA, cytogénétique onco-hémato) et le reste du semestre en cytologie.

En moyenne, il y a entre 4 et 5 internes par semestre. L’interne est généralement présent en stage de 9h à 17h30, avec des astreintres du matin (8h30-9h) et du soir (17h30-18h30) à se répartir entre internes afin d’assurer la continuité de la validation biologique avant et après la garde de validation. Il existe également une astreinte d’hématologie le samedi matin de 8h30 à 13h (environ une par mois/interne).

En hémostase, l’interne valide les bilans de routine d’hémostase (TP, TCA, facteurs du TP, bilan de CIVD…), se forme aux différentes techniques et automates et valide l’hémostase spécialisée avec le biologiste.

En cytologie, l’interne est responsable de la validation des numérations et des formules sanguines. Il doit aussi faire les formules des lames de sang que les techniciens souhaitent faire vérifier par un biologiste avant validation par celui-ci. Après coloration, les myélogrammes sont lus par l’interne qui rédige une première conclusion. Le biologiste les relit puis corrige la conclusion de l’interne si nécessaire. L’interne doit également passer du temps aux automates de cytologie avec les techniciens pour comprendre leur fonctionnement et connaître les pièges à éviter.

Un polynucléaire neutrophile et un lymphocyte

Des cours d’hématologie sur les principales pathologies sont organisés par les biologistes du service au cours du semestre. Il s’agit d’un stage très formateur tant en pratique qu’en théorie. A la fin du semestre, la reconnaissance des différentes cellules hématopoïétiques est acquise et l’interne est capable de lire et de rédiger les conclusions des myélogrammes simples.

Bactériologie : 
 

Durant son stage de bactériologie, l’interne passera environ 6 semaines en virologie et le reste du semestre en bactériologie.

Il y a généralement entre 4 et 6 internes par semestre. L’interne doit être présent en stage de 9h à 17h et une astreinte du soir est organisée de 16h à 18h30. Il existe également une astreinte du samedi matin de 9h à 13h.

En virologie, l’interne se forme aux différentes techniques de biologie moléculaire (PCR en temps réel etc) ainsi qu’aux techniques de sérologie avec les techniciens. L’interne s’occupe également de la revue des prescriptions et participe à la validation des différents examens avec le biologiste. Il apprend notamment à interpréter les bilans de sérologie (hépatite B, HSV…) et à rendre les résultats de PCR. Des cours de virologie sont organisés par les biologistes du service.

En bactériologie : Le premier mois, l’interne se forme à la technique (ensemencement des géloses en fonction des prélèvements, lecture des lames pour l’examen direct) afin de pouvoir assurer les gardes de bactériologie.

Ensuite, l’interne est "à la paillasse" avec un biologiste. Avec son aide, il interprète les cultures positives et s’occupe de valider les antibiogrammes (diffusion + phase liquide). Il peut également être amené à réaliser des tests simples (PLP2a…). L’après-midi, l’interne termine ce qui n’a pas pu être fait le matin, se forme à la technique et à la théorie. Le dialogue clinico-biologique est en grande partie assuré par les internes qui gèrent les appels des services cliniques.

Une culture positive sur gélose et un examen direct (ici un streptocoque)

Concernant les astreintes :

  • Le soir : l’interne est en compagnie d’un technicien. Ils enregistrent les prélèvements urgents, les techniquent et rendent les résultats

  • Le samedi matin : un biologiste est présent avec l’interne. Il s’agit d’une matinée « normale » de validation des antibiogrammes urgents et des identifications bactériennes

Des cours de bactériologie sur les flores bactériennes et les pathologies fréquentes sont organisés par les biologistes du service.

Il s’agit d’un stage autonomisant qui permet à l’interne de s’occuper seul des dossiers simples en fin de semestre. L’apprentissage pratique est très orienté sur les résistances bactériennes. A la fin du stage, les internes sont également à l'aise avec l'ensemencement et les examens directs.

 
Biochimie

Il y a généralement entre 3 et 5 internes par semestre en biochimie. L’interne doit être présent en stage de 9h à 17h. Il n’y a pas d’astreinte. L’interne est convié aux staffs du service qui ont lieu le mardi matin.

L’interne se forme aux différents automates de biochimie de routine et aux techniques spécialisées avec les techniciens concernés. En fonction des besoins du service, l’interne peut être amené à valider les bilans de routine.

 

Il est également responsable de la validation de la biochimie spécialisée et notamment du dépistage des maladies rares à la naissance (test de Guthrie) et de la pré-validation des chromatographies des acides aminés et des vitamines. Il participe également à la validation du secteur des oligo-éléments.

L’interne a également accès à d’autres secteurs de la biochimie  : protéines, biologie endocrinienne et osseuse, lipides.

Des cours sont organisés par les biologistes du service et 2 à 3 présentations d’articles sont demandées à l’interne durant le semestre.

Le stage de biochimie est également l’occasion pour les internes de passer une semaine en pharmacologie. Il est également possible, en fonction de ses centres d’intérêts et après accord du chef de service, d’aller voir d’autres secteurs de la biologie (PMA, biologie moléculaire…)

Au total, les secteurs rattachés à la biochimie sont nombreux et une certaine autonomie est laissée à l'interne. Cela lui permet de plus ou moins s'investir dans chaque secteur selon ses préférences, sous réserve que ses obligations soit respecté.

Rédigé par Mathilde Pujalte et Cédric USUREAU